La première loi européenne contre la violence faites aux femmes

February 19, 2024

photo de notre action devant le parlement européen

By Carmen Blanco Grigelmo

En Janvier 2024, nous avons obtenu une avancée historique : les États membres de l’UE sont parvenus à un accord sur la toute première loi européenne sur la violence à l’égard des femmes. Ainsi, une fois la loi adoptée, tous les États membres de l’UE devront mettre en œuvre davantage de mesures afin de protéger les droits des femmes et des jeunes filles. [1]

Des centres de crise pour les survivantes et des foyers pour les victimes de violence domestique seront créés, et l’accessibilité des lignes d’assistance téléphonique sera améliorée. Les mutilations génitales féminines, les mariages forcés et certaines formes de violence numérique seront également définis en tant que crimes. [2]

Cette victoire aurait été impossible sans notre mouvement. Grâce à notre mouvement et au travail de notre partenaire, le Lobby européen des femmes, nous avons démontré que le pouvoir citoyen ne connaissait aucune limite.

Voici comment les membres de notre mouvement se sont mobilisé·e·s :

  • Plus de 140 000 membres de WeMove Europe ont signé la pétition « Faites de l’Europe un lieu sûr pour toutes les femmes et les filles ! » [3]
  • Nous avons envoyé des centaines d’emails et de tweets aux ministères de la Justice des gouvernements clés pour cette négociation.
  • Nous avons remis vos signatures à la Commission européenne, au Conseil et au Parlement et nous avons organisé des manifestations massives à Bruxelles, Berlin et Paris.
  • Grâce à l’aide d’une illustratrice influente, le sujet a pris une ampleur incroyable en Europe. Sa bande dessinée expliquant la loi a été lue par près de 80 000 personnes ! [4]
  • Notre campagne a fait les gros titres d’importants journaux internationaux tels que El País, Euractiv et le Washington Post. [5]

Bien que cette loi constitue une avancée considérable, les responsables politiques de l’UE auraient pu aller plus loin. En effet, il n’a pas été possible d’obtenir un consensus sur une définition du viol basée sur le consentement explicite, sur la protection des femmes sans papiers, sur les mesures contre le harcèlement sexuel au travail, et sur l’interdiction de la stérilisation forcée des femmes et des filles en situation de handicap. [6]

Mais notre combat ne fait que commencer ! Nous souhaitons que notre lutte pour la justice continue, et nous avons donc encore besoin de votre soutien afin d’améliorer la loi.

Références [1] https://www.womenlobby.org/Deal-reached-on-the-first-EU-law-on-violence-against-women [2] https://www.instagram.com/p/C3F223HOAf2/?utm_source=ig_web_copy_link&igsh=MzRlODBiNWFlZA== [3] https://action.wemove.eu/sign/2023-05-violence-against-women-directive-petition-EN [4] https://twitter.com/wemoveEU/status/1734917548725153933/photo/1 [5] https://english.elpais.com/society/2023-12-13/rape-you-cant-always-say-no.html, https://www.seattletimes.com/nation-world/world/activists-call-on-france-to-endorse-a-consent-based-rape-definition-across-the-entire-european-union/, https://www.euractiv.com/section/politics/opinion/breaking-the-silence-france-and-germany-are-failing-women/ and https://picum.org/blog/new-eu-directive-on-violence-against-women-leaves-out-migrant-women/ [6] https://www.euractiv.com/section/migration/news/no-protections-for-undocumented-women-in-eu-directive-on-gender-violence/ and https://www.edf-feph.org/eu-shamefully-fails-to-ban-forced-sterilisation/

Vous pourriez aimer

Bandeau affiché devant la Commission européenne

Trois campagnes, trois victoires

Grande nouvelle : contre toute attente, nous avons remporté trois victoires majeures la semaine dernière. Chacune d’entre elles est liée à des campagnes menées par notre mouvement. Votre soutien indéfectible les a rendues possibles. Plongez-vous…

photo des députés européens après le vote

Victoire des travailleur·euse·s contre Uber !

Pour la première fois de l’histoire, les personnes travaillant pour des géants de l’économie de plateforme tels qu’Uber obtiennent les mêmes droits que les autres travailleur·euse·s. Cela change la donne pour les travailleur·euse·s partout en…

Tous les articles